Le Grenat de Perpignan devient départemental

L’Etat reconnaît enfin le Grenat de Perpignan en tant qu’Indication géographique. Ce label est en réalité élargi à l’ensemble du département des Pyrénées-Orientales, mais il reste limité à la France et non pas élargi à l’Union européenne ou au monde.
Après plusieurs années de sollicitations, l’Etat a reconnu le grenat de Perpignan en tant qu’Indication Géographique (IG). Cette distinction, établie par l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), sera en vigueur à compter du 23 novembre. Mais elle est limitée à la France et ne doit pas être confondue avec une Indication Géographique protégée (IGP) européenne, plus puissante. Cette IG assure l’authenticité des produits vendus et protège les 13 entreprises liées de la concurrence déloyale et de la contrefaçon. Pascal Faure, directeur général de l’INPI, défend un moyen de valoriser leur « savoir-faire commun » et souligne « officiellement leur engagement de qualité ».

Le « Grenat de Perpignan » est départemental

En réalité, les 226 communes des Pyrénées-Orientales peuvent revendiquer la conception de « Grenat de Perpignan ». Ce bijou doit être composé d’or 750 millièmes, soit 18 carats, d’une ou plusieurs pierres en grenat à taille rose, dite « taille Perpignan ». Leurs réceptacles, créés à la main et adaptés à chacune de manière unique, font réfléchir la lumière sous la pierre. Cette technique, abandonnée par les écoles de bijouterie françaises, oblige une transmission catalane et la fabrication d’outils propres. Le document officiel statuant sur la qualité territoriale IG concernant le grenat, communiqué vendredi 9 novembre, consigne l’authenticité de cette pierre semi-précieuse liée à la tradition du Pays Catalan. Son respect est confié au syndicat artisanal des métiers d’art et de création bijoutiers, horlogers, graveurs, sertisseurs des Pyrénées-Orientales ». Au total, la conception de bijoux en grenat concerne 45 personnes, pour un modeste chiffre d’affaires annuel de 1,5 million d’euros.

Déjà en 2013, le député socialiste jacques Cresta défendait ce besoin de reconnaissance. En 2014, l’actuelle présidente de la région Occitanie, Carole Delga, alors secrétaire d’Etat à l’Artisanat, avait soutenu ce désir, ardemment défendu par l’Institut du Grenat, fondé par le passionné Laurent Fonquernie. Cet historien esthète a su rendre sa part de luxe au grenat, au travers d’événements, conférences et ouvrages
Alain Pagès
Activité : Bijoutier Joaillier Créateur
Tél : 04 68 84 73 17
Alain PAGES Bijouterie – 67, Avenue Pasteur – 66130 Ille-sur-Têt
pages-alain66@orange.fr
Coordonnées GPS : 42.6700544,2.620562

Poster une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée

You pouvez utiliser ces balises et attributs HTML:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


six × = quarante huit